Note de lecture sur Radicant de Nicolas Bourriaud

  • Radicant

    Couverture RadicantBourriaud

Couverture RadicantBourriaud

Couverture
 

Nicolas Bourriaud, Radicant. Pour une esthétique de la globalisation, Paris, Denoel, 2009, 218p.

Dans le cadre de notre recherche sur les écritures hybrides contemporaines, il est intéressant de prendre en compte le livre Radicant de Nicolas Bourriaud. Cet essai qui se concentre sur le champ de l’art contemporain et sur ses développements s’avère être utile lorsqu’on envisage les dynamiques de création artistiques en général, puisqu’il donne des repères tout en esquissant une élaboration de catégories où insérer les différentes formes.

Je propose ci-dessous une série de citations extraites du livre pouvant accompagner une présentation de celui-ci (fautive et incomplète) dans la perspective de la transposition dans le domaine de l’écriture littéraire en tant qu’outil à réflexion.

A la fin est présente une série de liens à des ressources en ligne.

Citations

Introduction

Déf. P. 15

« Double négation, surdité en miroir: la scène postmoderne rejoue sans fin la césure entre le colon et le colonisé, le maître et l’esclave, se tenant sur cette frontière qui constitue son objet d’étude, et la préservant ainsi telle quelle: universalisme moderne ou relativisme postmoderne, nous n’aurions, dit-on, pas le choix. » […]

« Emancipation, résistance, aliénation – autant de concepts issus de la philosophie des Lumières, que les luttes anticoloniales puis les postcolonial studies critiquent tout en les légitimant, sont devenus des entraves conceptuelles auxquelles il faudrait faire un sort pour repenser autrement le rapport des œuvres contemporaines au pouvoir et à la politique. »

p.16

Nombre d’artistes […] portent au cœur de leurs pratiques les principes essentiels à partir desquels une modernité pourrait se reconstituer. Principes que l’on pourrait énumérer : le présent, l’expérimentation, le relatif, le fluide. »

p.19. Mouvement d’uniformisation allant de pair avec le rétrécissement de l’imaginaire de la planète.

21. Ce que le postmoderne nomme hybridation consiste à greffer sur le tronc d’une culture populaire devenue uniforme, des « spécificités » la plupart du temps caricaturales…. Seul deux modèles culturels semblent aujourd’hui s’opposer à ces facilités, eux-mêmes contradictoires : d’un côté le repli identitaire, crispation sur les valeurs esthétiques traditionnelles et locales, et de l’autre ce que l’on appelle la créolisation, un modèle caribéen d’acclimatation et de croisement d’influences hétérogènes. » (Glissant 1996)

23. Description de la dynamique radicante.

« Etre radicant: mettre en scène, mettre ne route ses racines dans des contextes et des formats hétérogènes; leur dénier la vertu de définir complètement notre identité; traduire des idées, transcoder les images, transplanter les comportements, échanger plutôt qu’imposer.

24 .Oeuvres qui se donnent pour projet d’effacer leur origine au profit d’une multitude d’enracinements simultanés ou successifs. […]

Condition de l’errant.

Figure de l’errant s’accompagnant de formes: forme-trajet + mode éthique: la traduction.

Racines: Critique de la raison postmoderne

29. Travailler à la recomposition d’une modernité. Inventer l’outil théorique permettant de lutter contre tout ce qui, dans la pensée postmoderne, accompagne objectivement le mouvement de standardisation inhérent à la mondialisation.

Occidentalisation des paradigmes culturels et donc aussi des critères de jugement.

« il faut passer à la coopération entre des cultures également critiques de leur identité – c’est-à-dire accéder au stade de la traduction. »

37. « Le multiculturalisme postmoderne a échoué à inventer une alternative à l’universalisme moderniste, car il a recréé, partout où il s’est appliqué, des ancrages culturels ou des enracinements ethniques. »

38. « D’où parles-tu? » demande la critique ® pensée de l’assignation territoriale = racines modernistes.

41. Idéologie de l’appartenance (au lieu, au moment) ≠ négation des puissances de décentrement, de mise en route, de dé-collage, de désincrustation = fondements de la culture émergente qu’il appelle altermoderne.

43. Modernité spécifique au XXIe siècle, à construire, au niveau planétaire, par la coopération entre une multitude de sèmes culturels et par la traduction permanente des singularités: une altermodernité.

45. Déf. altermodernité : « un plan de construction qui permettrait de nouveaux aiguillages interculturels, la construction d’un espace de négociation allant au-delà du multiculturalisme postmoderne, qui s’attache à l’origine des discours et des formes plutôt qu’à leur dynamique. » La question serait alors: Où aller?

Radicaux et radicants

50. Badiou: dans le modernisme se manifeste tjs une passion pour le commencement: nécessité de faire le vide, la table rase, comme condition même d’un discours qui inaugure et sème pour l’avenir: la racine. (voir les avant-gardes)

53. « Le noyau du discours postmoderne n’est autre que son travail de sape contre la radicalité et contre tout ancrage esthétique partisan – disparition de la radicalité en art.

58. « L’immigré, l’exilé, le touriste, l’errant urbain, sont les figures dominantes de la culture contemporaine. L’individu de ce début du 21e siècle évoque ces plantes qui ne s’en remettent pas à une racine unique pour croître mais progressent en tous sens sur les surfaces qui s’offrent à elles en y accrochant de multiples pitons, tel le lierre (et la fraise).

L’adjectif radicant qualifie ce sujet contemporain tenaillé entre la nécessité d’un lien à son environnement et les forces du déracinement, entre la globalisation et la singularité, entre l’identité et l’apprentissage de l’Autre. Il définit le sujet comme un objet de négociations.

59. [—] l’artiste contemporain procède par sélection, ajouts, puis multiplications: il ne recherche pas un état idéal du Moi, de l’art ou de la société, mais organise les signes afin de multiplier une identité par une autre.

Ce qui compte désormais, c’est la faculté d’acclimatation à des contextes divers, et les produits (les idées, les formes) que génèrent ces acculturations temporaires.

60. La force de ce style de pensée réside dans des protocoles de mise en route: il s’agit d’élaborer une pensée nomade, qui s’organise en circuits et par expérimentations, et non pas en termes d’installations permanente, de pérennisation, de bâti.

L’artiste radicant invente des parcours parmi les signes: sémionaute, il met les formes en mouvement, inventant par elles et avec elles des trajets par lesquels il s’élabore en tant que sujet, en même temps que se constitue son corpus d’œuvres.

61. La radicalité altermoderne demeure étrangère à des figures de dissolution: son mouvement spontané consisterait plutôt à transplanter l’art sur des territoires hétérogènes, à le confronter à tous les formats disponibles [liaisons avec les autres formes?]

La traduction est, par essence, un déplacement. […] Transportant l’objet dont elle s’empare, elle se porte à la rencontre de l’autre […] Le radicant se présente comme une pensée de la traduction: l’enracinement précaire implique l’entré en contact avec un sol d’accueil, un territoire inconnu. Chaque point de contact qui forme la ligne radicante représente ainsi un effort de traduction.

62. Par rapport au rhizome de Deleuze et Guattari (Mille plateaux) – structure fluide et non hiérarchique où c’est la multiplicité qui compte plutôt que le sujet, le radicant prend la forme d’une trajectoire, d’un parcours, d’un cheminement effectué par un sujet singulier.

63. La figure du sujet définie par le radicant s’apparente à celle que défend la pensée queer, à savoir une composition du Moi par emprunts, citations et voisinages = constructivisme pur.

Le radicant diffère ainsi du rhizome par l’accent qu’il met sur l’itinéraire, le parcours comme récit dialogué, ou intersubjectif, entre le sujet et les surfaces qu’il traverse, sur lesquelles il accroche ses racines afin de produire ce que l’on pourrait appeler une installation.

Le sujet radicant se présente ainsi comme une construction, un montage : autrement dit une œuvre née d’une infinie négociation.

64. La pensée radicante est une apologie du relativisme, de la désadhésion et du départ; ce ne sont ni les traditions ni les cultures locales qui constituent ses véritables adversaires, mais l’enfermement dans des schémas culturels readymade. […] il ne s’agit pas de refuser son héritage, mais d’apprendre à le dilapider ; de tracer la ligne au long de laquelle on emportera ce bagage, pour en disséminer le contenu et l’investir dans des situations. En termes esthétiques, le radicant implique un parti pris nomade.

66. Le rôle politique de l’art contemporain réside dans cet affrontement avec un réel qui se défile. […] Le rôle de l’art est de devenir l’écran-radar sur lequel ces formes furtives, repérées et incarnées, peuvent enfin apparaître et se voir nommer et figurer.

68. L’altermodernité contemporaine doit résister à la standardisation de l’imaginaire en fabricant des circuits et des modes d’échange entre les signes, les formes et les modes de vie.

Victor Segalen et le créole du 21e siècle

74. Exote: celui qui arrive à revenir à soi après avoir traversé le divers.

84. La créolisation produit des objets qui expriment un trajet en non pas un territoire qui relèvent à la fois du familier et de l’étranger.

Esthétique radicante

91. Le fait esthétique majeur de notre temps réside sans doute dans l’entrecroisement des propriétés respectives de l’espace et du temps. […] Nouveaux modes de spatialisation du temps = art contemporain produit des formes aptes à saisir cette expérience du monde, à travers des pratiques que l’on pourrait définir « time-specific » – introduction dans la composition des œuvres de figures empruntées au déplacement spatial (errance trajets, expéditions). L’art semble négocier la création de nouvelles formes d’espace, par le recours à une géométrie de la traduction: la topologie. […] Elle renvoie au mouvement, au dynamisme des formes, tout en désignant la réalité comme un conglomérat de surfaces et d’objets transitoires, potentiellement déplaçables.

Précarité esthétique et formes errantes

97. absence de hiérarchies claires accordée à la précarité.

La précarité imprègne la totalité de l’esthétique contemporaine.

Sans forme fixe

100. Utilisation obj trouvés.

Errance urbaine

110. Si les pratiques errantes prennent aujourd’hui une telle importance, au point de fournir à l’art un modèle de composition, c’est en réponse à l’évolution des rapports entre l’individu et la collectivité dans la ville contemporaine.

116. L’art est une sorte de banc de montage sauvage, qui appréhende le réel social par la forme. Plus généralement, ces œuvres produisent la fiction d’un univers fonctionnant différemment. […] La dimension fictionnelle de l’art vient touer le chaînage de la réalité, la renvoyant à sa nature précaire, au mélange instable de réel, d’imaginaire et de symbolique qu’elle contient: cette fiction augmente la réalité nous permettant de la maintenir en mouvement continuel.

117. L’errance représente une interrogation politique de la ville. Elle est écriture en marche, et critique de l’urbain considéré comme matrice des scénarios dans lesquels nous évoluons. Elle fonde une esthétique du déplacement.

L’errance , comme principe formel de composition, renvoie à une conception de l’espace-temps s’inscrivant à la fois contre la linéarité et contre la planéité.

123. L’œuvre d’art n’est plus un objet terminal mais un simple moment dans la chaîne, le point de capiton qui relie, plus ou moins fermement, les différents épisodes d’une trajectoire.

 

Hyperliens

Présentation de la traduction italienne (2014) http://www.darsmagazine.it/nicolas-bourriaud-il-radicante/

Présentation de la traduction italienne (2014)
http://www.postmediabooks.it/2014/100radicante/radicante.htm (avec le texte de l’introduction et la table des matières)

Nicolas Bourriaud: l’artiste radicant et le concept d’alter-modernité
http://www.littleheartmovement.org/?p=152 (Entretien de 2010)

Entretien avec Nicolas Bourriaud
http://www.zerodeux.fr/interviews/interview-avec-nicolas-bourriaud/

 


Elisa Bricco

Professeur de Littérature Française. Responsable du carnet.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.