Rencontre avec Michaël Uras

Michaël Uras, Chercher Proust/Io e Proust

Le 20 février 2014, dans le cadre du Festival de la Fiction Française, à l’Alliance française de Bologne l’écrivain Michaël Uras a présenté la traduction italienne de son premier roman Chercher Proust (Christophe Lucquin Editeur, 2012) publié chez Voland sous le titre Io e Proust.

L’œuvre, qui raconte l’obsession que Proust exerce depuis son plus jeune âge sur un personnage qui s’appelle Jacques Bartel, a été présentée par Mariolina Bongiovanni Bertini, qui enseigne la littérature française à l’Université de Parma, et par l’écrivain italien Matteo Marchesini. Mariolina Bongiovanni Bertini, spécialiste proustienne, a souligné le côté ludique du roman et la capacité de l’écrivain de transformer la littérature en jeu ; elle a donc cité l’exemple du célèbre passage de la madeleine à laquelle Uras a substitué un hamburger en adoptant le procédé littéraire du pastiche pratiqué par Proust lui-même.
L’aspect humoristique qui vise le monde fanatique des proustiens, s’associe à la thématique bien plus sérieuse de la fascination que l’auteur de la Recherche continue à exercer sur les écrivains et les lecteurs. A ce propos, Uras a raconté avoir été hanté depuis l’adolescence par cet auteur ; il a déclaré apprécier son génie qui consiste à faire de la littérature à partir d’une expérience banale, dans une œuvre qui offre au lecteur la possibilité d’entrer dans le je vide de la première personne de la narration. Il a ensuite avoué qu’on écrit des livres pour régler ses comptes : de là l’histoire de quelqu’un qui veut devenir écrivain et qui doit se libérer de Proust. Le roman est un livre sur la passion en général et sur la difficulté de vivre avec celle-ci ; le mot passion récupère donc dans ce texte le sentiment de souffrance impliqué par son étymologie. Le roman qui contient plusieurs niveaux de lecture ne s’adresse pas seulement aux connaisseurs de Proust.
A la question de Matteo Marchesini sur ses modèles d’écriture, l’écrivain a répondu qu’il a adopté une écriture moderne, qu’il a voulu écrire ce livre en faisant de l’anti-Proust car son style est bien loin de la longueur typique des phrases proustiennes. Il a expliqué ne pas avoir de modèles, aimer la vision de Maupassant, s’être inspiré pour le nom de son personnage de Bartleby de Melville et il a confirmé la remarque de Mariolina Bertini qui reconnaît dans son roman une sorte de filiation avec certains films de Woody Allen. Avant de se congédier de son publique, Uras a annoncé la parution de son prochain roman prévue pour le mois de mai : une autofiction qui rend hommage à la Sardaigne, lieu natal de son père.

[Margherita Amatulli]


Elisa Bricco

Professeur de Littérature Française. Responsable du carnet.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.