Philosophie des narrations

Philosophie des narrations

La rencontre, proposée par l’Université de Gênes – Ecole des Sciences Humaines –Département d’Antiquité, Philosophie et Histoire, avec Carola Barbero et Enrico Terrone sur le sujet de la philosophie de la narration, a été très captivante et a donné de nombreuses occasions de réflexion pour les passionnés de littérature aussi bien que de l’audiovisuel. En effet, l’union des deux domaines, en particulier celui du roman et celui des séries télévisées a amené vers le questionnement et l’analyse d’objets fictifs à partir des problèmes et des émotions suscités par leur exploitation dans les deux domaines, pour se conclure enfin sur l’aspect cognitif des œuvres.

Carola Barbero, enseigne la philosophie du langage à l’Université de Turin et sa recherche vise depuis longtemps les sujets fictionnels avec un intérêt particulier porté à la lecture romanesque comme expérience formative et promotrice d’émotions. Dans son dernier ouvrage Filosofia della letteratura[1], elle explicite quel est son domaine de recherche en répondant à une toute première question : qu’est que la philosophie de la littérature ? Il s’agit là d’une étiquette nouvelle qui aborde pourtant un sujet classique déjà depuis Aristote dans la Poétique, c’est-à-dire une enquête philosophique appliquée à la littérature ciblée sur les objectifs, sur la distinction des genres, sur les effets de ces derniers et plus généralement sur ce que signifie créer une œuvre littéraire. Son sujet n’est donc pas la philosophie dans la littérature : c’est-à-dire les thèses philosophiques telles qu’on peut en trouver dans certaines œuvres littéraires (comme par exemple chez Sartre ou Camus) ou encore des œuvres littéraires qui auraient des ambitions philosophiques (dont un exemple est Pierre Ménard, auteur du « Quichotte » de Borges).

Enrico Terrone après des études d’ingénierie s’est consacré à la philosophie et au domaine cinématographique, en particulier il s’intéresse aux séries télévisées contemporaines considérées comme objet philosophique et artistique à part entière, il vient de publier Filosofia delle serie TV avec Luca Bandirali[2].

Son point de vue est très clair : bien qu’elles partagent avec le cinéma l’usage des images en mouvement, la façon de tourner des séries est différente tout d’abord dans l’usage des images, puis dans la volonté de créer de longues narrations, en concevant ainsi une unité organique articulée en épisodes et en saisons qui se rapproche plutôt de la tradition littéraire. La question qui a été posée est : quel est l’apport que les séries télévisées contemporaines comme X-files, Les Sopranos, CSI et d’autres, prêtent à la philosophie ? Elles offrent des représentations, des exemplifications de concepts pour nous aider à comprendre la réalité sociale et ses valeurs comme par exemple l’amitié, la famille ou le rôle de l’armée etc. …

Une autre problématique a été touchée, celle du statut des personnages de fiction dans l’un et l’autre média: comment se construisent-ils? En ce qui concerne la littérature, Carola Barbero a évoqué l’idée du puzzle : à travers la lecture nous construisons petit à petit nos personnages, de manière différente de ce qui se produit au cinéma puisque là l’imagination n’est pas aussi nécessaire. Elle a cité K.L. Waton qui, dans son célèbre article de 1978, Fearing Fictions[3], le cinéma n’est pas censé donner un statut ontologique aux personnages fictifs, et on peut les considérer comme des pions dans un jeu. Il faut considérer comme fausses les émotions que nous ressentons en lisant un livre ou en regardant un film, elles sont différentes des émotions éprouvées dans le monde réel, car elles suscitent un mécanisme cognitif déconnecté de l’espace dans lequel nous vivons. Nous sommes donc conscients que la peur que nous éprouvons en regardant un film d’horreur n’a rien de réel, et en fait nous ne cherchons pas à nous enfuir de la salle ou à appeler la police, tout en ayant une réaction physiologique comme si nous étions en train de vivre une expérience réelle; nous sommes aussi conscients que ce qui se passe n’aura aucune conséquence pour nous.

Pendant la conférence on a traité en outre du rapport sémiotique entre la littérature et le cinéma, en particulier de ce qui se produit chez le lecteur/spectateur quand un roman est transposé au cinéma et vice-versa. Dans le premier cas, nous sommes déjà influencés par le processus de la narration qui provoque en chaque lecteur une représentation différente du personnage, tandis qu’au cinéma nous sommes obligés d’accepter l’image qui nous est proposée par le metteur en scène, même si elle ne correspond pas à notre interprétation. Comme l’explique Carola Barbero nous sommes souvent déçus en regardant l’adaptation de Madame Bovary de Claude Chabrol, où Emma est une femme beaucoup plus âgée par rapport à l’idée de Flaubert (et par conséquent à la nôtre aussi). Dans le deuxième cas aussi nous sommes déjà conditionnés par la vision du personnage dans le film qui empêche la naissance d’une image différente dans notre esprit, lors de la lecture du roman. C’est pour cette raison que, selon Enrico Terrone, cinéma et littérature exigent une interprétation différente : la transposition cinématographique d’un roman et ce dernier sont deux narrations différentes, deux mondes fictifs parallèles qui ne se ressemblent pas puisqu’ils ont des implications linguistiques et perceptives différentes qui produisent des effets différents sur le spectateur/lecteur.

Le débat à ce propos a été très vif et controversé : Carola Barbero a mis l’accent sur le poids cognitif plus important de la littérature par rapport au cinéma. Elle a affirmé que, dans le cas des transpositions/adaptations, il ne se produit pas deux œuvres indépendantes, mais qu’elles partagent un lien constitué par l’interprétation à partir d’un texte littéraire. Tout en soulignant que la vision du film de la part du lecteur d’un roman est sans aucun doute plus riche et complète, elle a expliqué qu’à son avis l’expérience du lecteur n’est pas présente/représentée dans la transposition cinématographique.

A la fin, le discours sur la transposition cinématographique a conduit les intervenants à aborder la problématique de la valeur cognitive de l’œuvre d’art. Qu’est ce que nous pouvons apprendre d’une œuvre littéraire ? La question a suscité une controverse entre différents points de vue : celui des cognitivistes, des anti-cognitivistes et des partisans de la valeur esthétique des œuvres d’art. Dans Filosofia della letteratura Barbero affirme que la lecture est un processus cognitif puisque l’œuvre littéraire implique une forte implication de la part du lecteur qui l’amène à simuler des actions qui auront des effets, ce qui nous aide à mieux comprendre à la fois nous-mêmes et la réalité dans la quelle nous vivons. Les émotions suscitées par les œuvres de fiction influencent ainsi notre rationalité, tout en tenant compte de la valeur de leur rôle instrumental remarqué déjà par Aristote et puis par de nombreux autres philosophes.


[1] Barbero, Carola, Filosofia della letteratura, Roma, Carrocci Editore, 2013.

[2] Terrone, E., Bandirali. Filosofia delle serie TV, Milano, Mimesis, 2013.

[3] Walton, K.L., Fearing Fictions, in “The journal of Philosophy”, 75, I, 1978, pp.5-27.

 


Serena Cello

Docteur en Lingues, Cultures et Tic (Université de Gênes) et docteur en Lettres Modernes/ spécialité littérature française (Université François Rabelais de Tours)

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *