Notes introductives sur Effetto rebound. Quando la letteratura imita il cinema de Federica Ivaldi

Le titre du livre de Federica Ivaldi, issu de sa thèse de doctorat, prend origine dans une phrase de Gérard Genette tirée du Nouveau discours du récit. Cette phrase est placée en exergue de l’ouvrage: « A la différence du cinéaste, le romancier n’est pas obligé de mettre sa caméra quelque part: il n’a pas de caméra. Il est vrai qu’il peut aujourd’hui, « effet rebound » d’un medium sur l’autre, feindre d’en avoir une »1. 2. Federica Ivaldi prend cette idée pour point de départ de sa réflexion sur les effets du cinéma sur le roman et se propose de faire de la notion d’effet rebound un problème théorique à travers lequel observer l’évolution du roman au XXe siècle: « Ce sont ces influences profondes que le langage cinématographique a eu sur le roman qui constituent ce que nous pouvons définir comme l' »effet rebound » d’un medium sur l’autre ». La définition genettienne, devenue désormais un passage obligé dans le champ des études de l’interaction entre littérature et cinéma, reste fondamentale pour l’indication de méthode qu’elle offre, parce qu’elle rappelle la spécificité de chacun des deux médias en même temps que leur perméabilité, mais aussi parce qu’elle les insère dans le cadre général de la culture, dans une optique d’ample intertextualité » (p. 10). Une autre phrase de Genette prend également une importance programmatique dans l’introduction de cette étude : « Chacun sait que la naissance du cinéma a modifié le statut de la littérature : en lui volant certaines de ses fonctions, mais aussi en lui prêtant certains de ses propres moyens. Et cette transformation n’est évidemment qu’un début. Comment la littérature survivra-t-elle à l’évolution des autres moyens de communication? […] Nous ne pouvons pas indéfiniment parler de la littérature comme si son existence allait de soi, comme si son rapport au monde et aux hommes n’avait jamais varié.3Federica Ivaldi en prend acte afin d’aller plus loin et de sortir, comme elle le dit « du générique « chacun sait que la naissance du cinéma a modifié le statut de la littérature » pour chercher à savoir où et comment le cinéma a pu avoir ce pouvoir » (p. 10).

Que se passe-t-il quand la littérature met en discussion ses propres catégories d’espace et de temps et tente d’imiter le modèle cinématographique ? Quelles en sont les conséquences sur l’organisation narrative du récit ? Quel montage et quel dialogue sont « cinématographiques » ? Quel est le rôle narratif que le statut du narrateur filmique suggère au romancier ? Y a-t-il réellement dans la littérature une tentative d' »ellipse de la voix de l’auteur » qui imiterait le silence auquel l’image contraint le cinéaste ? Et par conséquent, quel est le nouveau rôle du lecteur dans la réception du roman ? Quelles compétences et quelles encyclopédies lui sont-elles demandées ? Quelles modifications le nouvel imaginaire créé par le cinéma a-t-il créées dans les horizons d’attente du lecteur ? Telles sont les questions auquelles se propose de répondre F. Ivaldi dans cet ouvrage, qui intéressent directement notre sujet « le sujet et l’art dans la littérature contemporaine ».

En effet la question des influences d’un art sur l’autre, à laquelle tente de répondre cet ouvrage concernant le cinéma et la littérature, implique rapidement, on le voit à travers les interrogations qui précèdent, celle des effets des transferts de schème d’un art sur l’autre sur la position et le statut du sujet-auteur/narrateur/personnage à l’intérieur de l’oeuvre littéraire, mais aussi sur le sujet-lecteur à l’extérieur de l’oeuvre, du côté de sa réception.

Le travail de F. Ivaldi naît, dit-elle, d’une exigence de clarification. Elle part du constat que les études sur le rapport entre cinéma et littérature sont toujours plus nombreuses mais restent trop souvent suspendues dans le vague conceptuel, surtout quand on sort de la question de l’adaptation cinématographique de texte littéraires et que l’on tente de renverser la perspective. Son étude se donne donc pour objectif de fixer les différences fondamentales, d’un point de vue sémiotique et narratologique, entre la narration littéraire et la narration audiovisuelle autour des catégories de temps, d’espace et d’énonciation. Pour guider sa réflexion, elle prend pour appui trois idées qui selon elle s’offrent à l’imitation : – la rigidité temporelle de l’image cinématographique; – l’ellipse imposée par la coupe de la pellicule; – la discontinuité imposée par la recomposition de la pellicule au montage.

 

Notes

1 Gérard Genette, Nouveau discours du récit, Paris: Seuil, 1983, p.49.

2 Antonio Costa exploitait déjà cette idée d’un « effet rebound » (rebond) introduite, comme il le dit, « presque en passant par Gérard Genette », dans un article consacré aux interactions entre cinéma et littérature : « Palomar : intermédialité et archéologie de la vision », Antonio Costa, « Cinéma et intermédialité », Silvestra Mariniello (dir.), Cinémas : revue d’études cinématographiques/Cinémas: Journal of Film Studies, Vol. 10, n° 2-3, printemps 2000, p.169-184, http://www.erudit.org/revue/cine/2000/v10/n2-3/index.html.

3Gérard Genette, Figures I, Seuil, coll. « Tel quel », Paris, 1966.


Nancy Murzilli

Lectrice d'échange (Langue et littérature françaises) U. de Gênes/Institut français d'Italie. Docteur en philosophie. Enseigne à l'Université de Gênes. Responsable du carnet.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.