Expériences, Congrès 2022 SELF XX-XXI

  • bandeau-self

Le groupe de recherche SOFFIA participe avec un panel au congrès bisannuel de la Société d’éture de la littérature de langue française des XXe et XXIe siècles.

Le titre du panel qui aura lieu jeudi 16 juin à 14h est: Les dispositifs littéraires au service de la narration des expériences au féminin : regards italiens sur la création en langue française.

Le panel sera composé de trois communications qui, à partir d’approches de recherche différentes, se concentreront sur des œuvres et des dispositifs variés. En travaillant  sur des objets hybrides et sur des expériences de création intermédiales, nous étudierons comment ces écrivaines rendent compte de leurs expériences d’événements qui ont marqué l’histoire contemporaine et façonnent de nouveaux dispositifs dialogiques,  

Alessandra Ferraro (Università di Udine) et Valeria Sperti (Università di Napoli “Federico II”)

Titre: Iconotextes au féminin et mémoire coloniale 

À partir d’une approche transdisciplinaire, qui prend en compte l’image photographique dans ses rapports avec l’écriture mémorielle, nous nous proposons d’analyser l’inscription de la mémoire coloniale au féminin dans l’œuvre d’Hélène Cixous et de Leïla Sebbar. Nous focaliserons notre attention sur les modalités à travers lesquelles l’instrument photoautobiographique devient, sous la plume de ces auteures nées en Algérie, un moyen d’enquête pour relire l’histoire de la colonisation, sa fin douloureuse et abrupte et l’expérience de l’exil qui s’ensuit. La spécificité sémiotique de ces iconotextes est un élément important qui n’a pas encore été suffisamment creusé par la critique (K. Eileraas, N. Debrauwere-Miller, A. L. Hubbell, N. Edwards entre autres). Nous montrerons de quelle manière cette spécificité contribue à une nouvelle définition du rapport entre histoire et mémoire dans le travail du deuil que ces écrivaines accomplissent. 

Bibliographie de référence 

  • Marianne Hirsch, The Generation of Postmemory, Poetics Today, 29, n°1, Spring 2008. 
  • J. Hillis Miller, What Do Stories about Pictures Want?, Critical Inquiry, vol. 34, n° S2, Winter 2008, p. 59-97. 
  • J.-P. Montier, Le dispositif littéraire comme mode de résilience, Polysèmes, n° 19, 2018. 
  • M. Naas, Reflections on Photography in the Works of Hélène Cixous, Mosaic, An Interdisciplinary Critical Journal, vol. 47, n° 4, 2014, p. 27-48.  
  • M. Segarra, Vida y verdad: Autobiografías de Hélène Cixous, Signa, n° 27, 2018, p. 75-91. 

Margareth Amatulli (Università di Urbino “Carlo Bo”)

Titre : Les souvenirs des autres et l’expérience de la parole 

En 2002 Marianne Rubinstein publie Tout le monde n’a pas la chance d’être orphelin (Paris, Verticales) à partir d’entretiens enregistrés avec des enfants d’orphelins de la Shoah comme son père, pour mieux comprendre sa vie. Dix ans plus tard, Virginie Linhart collecte les témoignages de juifs survivants, ainsi que son grand-père, avec le même but (La vie après, Paris, Seuil). En 2008 elle avait déjà cherché à remplir le vide de l’histoire de son père, fondateur du mouvement prochinois en France, à travers les témoignages d’enfants qui, comme elle, avaient eu des parents révolutionnaires (Le jour où mon père s’est tu, Paris, Seuil). Dans les trois textes la parole des autres remplit le mutisme du père qui s’obstine à ne pas raconter, et  le souvenir d’autrui devient une expérience-miroir. Ces trois textes cherchent à conjuguer les procédés de la littérature de terrain avec l’urgence d’une écriture autobiographique s’enracinant dans la nécessité du sujet de se réconcilier avec son propre passé individuel, historique et social. Ce qui unit en profondeur les démarches littéraires des deux écrivaines est donc cette ‘ethnologie du proche’ dont je me propose d’analyser les formes de l’écriture et la notion d’auctorialité. 

Bibliographie de référence 

  • Bourdieu Pierre,  L’objectivation  participante,  Actes  de  la  recherche  en  sciences  sociales, vol. 150, décembre 2003, pp. 43-58. 
  • Demanze Laurent, Un nouvel âge de l’enquête, Paris, Corti, 2019. 
  • Linhart Virginie, Le jour où mon père s’est tu, Paris, Seuil, 2008. 
  • Linhart Virginie, La vie après, Paris, Seuil, 2012. 
  • Rubinstein Marianne Tout le monde n’a pas la chance d’être orphelin, Paris, Verticales, 2002. 
  • Viart Dominique, Les Littératures de terrain, « Revue critique de fixxion française contemporaine », 2012i, http://www.revue-critique-de-fixxion-francaise-contemporaine.org/rcffc/article/view/fx18.20/1339

Elisa Bricco (Università di Genova)

Titre: Juliette Mézenc : une écriture poreuse en écosystème numérique 

Depuis que l’internet est devenu une réalité partagée par nous tous touchant à toutes nos activités, le champ des pratiques littéraires s’est énormément étendu, en mettant à la disposition des écrivain.e.s des outils et des espaces variés pour créer et pour diffuser leurs ouvrages. Par le choix de poser l’attention sur les pratiques multiples de Juliette Mézenc j’entends interroger son acte créateur au croisement de modalités différentes de dire, de construire son discours et d’établir son dialogue avec le lecteur. Cette auteure utilise plusieurs supports – le livre, la scène et l’écran- et des pratiques multiples – l’écriture solitaire, l’atelier d’écriture, le numérique, la création d’objets multimédia, de jeux vidéo et la performance – et mon études se focalisera sur la manière par laquelle son activité se déploie d’un médium à l’autre.  

Bibliographie de référence 

  • Bonnet Gilles, Pour une poétique numérique, Paris, Hermann, 2017. 
  • Bonnet Gilles, La LittéraTube, une nouvelle écriture? Actes de la journée d’étude (Lyon, 13 nov. 2018), co-direction F. Thérond. Publication en ligne sur Fabula.org, juillet 2019 : https://www.fabula.org/colloques/sommaire6252.php
  • Mougin Pascal, Moderne / contemporain. Art et littérature des années 1960 à nos jours, Dijon, Les presses du réel, coll. « Figures », 2019. 
  • Nachtergael Magali, Poet against the Machine, Paris, Le mot et le reste, 2020. 
  • Penot-Lacassagne Olivier et Gaëlle Théval (dir.), Poésie & Performance, Nantes, éditions Cécile Defaut, 2018. 



Citer ce billet
Elisa Bricco (2022, 13 juin). Expériences, Congrès 2022 SELF XX-XXI. ARGEC. Consulté le 20 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/cwz4

Elisa Bricco

Professeur de Littérature Française. Responsable du carnet.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search