Notes à partir de L’esthétique de la littérature entre performativité et visualité de M. Fusillo

Cet article est très intéressant pour l’approche que nous envisageons sur les rapports qu’entretient la littérature avec les différentes formes de création artistique.

Publié dans la revue Malice, revue en ligne du CIELAM, dans les actes du XXXVIe congrès de la SFLGC, qui s’était tenu à Aix-en-Provence en 2009, réunissant des articles dans le cadre d’une réflexion sur Littérature comparée et esthétique(s).

L’article de Massimo Fusillo est le premier du volume et affronte de manière générale les rapports entre la réflexion esthétique et la littéraire. Je vais circonscrire et rendre compte des parties de l’article qui concernent plus particulièrement la définition de la littérature postmoderne et ensuite celle des rapports entre la littérature et les arts visuels.

Dans l’introduction de l’article, Fusillo aborde des questions très larges et balise son champ de réflexion: prenant en compte tour à tour l’évolution actuelle des études en esthétique, en théorie de la littérature, et en cherchant à montrer que désormais les frontières entre les différentes approches critiques, analytiques et théoriques sont estompées et donc de plus en plus indéfinissables, il illustre la situation de la création postmoderne où l’hybridation, le métissage et la contamination sont devenus de nouveaux critères de définition.

Par conséquent, l’esthétique de la littérature doit affronter les nouveaux défis qu’introduisent les nouvelles créations littéraires, où le rapport écrit et arts visuels est bien sollicité.

Pas de doute que la littérature a encore un rôle à jouer dans le monde actuel, pas de doute que c’est par la confrontation et par la contiguité avec les autres formes artistiques que la littérature réussit à se rénover et à rester l’une des formes majeures de la création humaine.

« La littérature a donc beaucoup à offrir ou à recevoir de la contamination avec les nouveaux langages : elle est en fait bien armée pour accepter le défi lancé par le monde contemporain tout en restant une expérience très précieuse, qui permet de lire le monde à travers des perspectives multiples, grâce à son mécanisme d’identification avec les passions et les langages de personnages souvent très éloignés de notre univers quotidien.»

Fusillo propose deux notions esthétiques qui lui paraissent capitales et exemplaires de la littérature qui s’écrit aujourd’hui, celles de la performativité et de la visibilité. Ces deux notions illustrent comment «la littérature se projette vers d’autres formes d’art et vers des dimensions non verbales, et prend des formes hybrides se mélangeant à d’autres langages.»

Le concept de performance est «lié au spectacle vivant, issu des études théâtrales», cela relève par exemple des performance studies sur les arts de la scène mais aussi sur d’autres formes de spectacle; des études de linguistique sur les actes de langage (Austin); des études ethnologiques, anthropologiques et sociales; mais ce qui m’intéresse surtout est que «Du concept de performativité peuvent faire partie aussi nombre de méta-romans contemporains qui exhibent le laboratoire de l’artiste.» ♥ (exemple de Petrolio de Pasolini). Oui, parce qu’aujourd’hui on a tendance à mettre plutôt l’accent «sur la production par rapport au produit, le processus par rapport au système.»

Liée à la notion de performance on trouve celle d’oralité. Dans un rapide et intéressant parcours diachronique, Fusillo montre que l’hybridation entre écriture et oralité a toujour été présent en littérature et non seulement dans l’écriture théâtrale. Aujourd’hui toutes les pratiques de mise en scène médiatique des écrivains relèvent de ce processus,  mais aussi tous les essais de contamination avec l’audio-visuel et la langue parlée.

La deuxième notion très présente dans l’esthétique contemporaine est celle de visualité. Là aussi le critique montre que cette contamination a plus ou moins été présente à partir de l’ut pictura poesis d’Horace, mais on assiste maintenant à des phénomènes très intéressants et très particuliers: «dans le roman postmoderne le mélange avec les autres médias se fait plus serré : photographie, cinéma, télévision, vidéoclip, jeux vidéo, Internet deviennent autant de thèmes privilégiés avec lesquels l’écriture se renouvelle et s’hybride.»

Ce qui est très intéressant ce sont ces ouvrages où on va au-delà de la phase de l’illustration d’un art par un autre, et aussi celle de l’utilisation du vocabulaire technique spécifique d’un art (le cinéma notamment) pour décrire des caractéristiques des autres par exemple.Aujourd’hui on a intégré tous ces aspects.

«Cependant le texte littéraire n’est plus considéré depuis longtemps comme un système clôs, mais comme un faisceau de potentialités qui peuvent être actualisées de façon différente par des publics, des contextes, des époques ou des spectateurs différents. Le postmoderne a certainement changé les fondements de l’adaptation théâtrale ou cinématographique en favorisant une esthétique de la contamination et de la réécriture infinie, mais ces fondements ne sont pas toujours perçus de manière exhaustive par la recherche critique, surtout dans le domaine littéraire.»

En ce qui concerne la visualité de la création artistique contemporaine, on ne peut qu’être d’accord que le cinéma fait partie de notre encyclopédie culturelle et que l’on ne se réfère plus seulement à cet art en fonction des thématiques et des techniques partagées, mais les auteurs ont intégré le mouvement cinématographique ainsi que les manières de s’approcher de la vision des films dans leurs ouvrages (voir Cinéma de Tanguy Viel et aussi Pas le bon pas le truant de Patrick Chatelier). Ainsi s’exprime Fusillo: «L’auteur ne vise donc pas à décrire et/ou à raconter l’expérience autre de la vision cinématographique, mais à imprégner l’écriture de mémoire filmique et visuelle, souvent par allusions ou par le biais de citations directes, et souvent impliquant la vie et le regard des personnages, surtout à propos d’icônes désormais inscrites dans l’imaginaire contemporain comme Greta Garbo.»

Le cinéma devient un thème au sens fort du terme, à même d’imprégner l’écriture et la structure des ouvrages voire le langage utilisé.  Ainsi fonctionne aussi le rapport du texte avec la photographie.

 

 

 

 

 

 


Elisa Bricco

Professeur de Littérature Française. Responsable du carnet.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.