Notes de lecture: “Poétique”, Du thème en littérature. Vers une thématique, XVI, 64, 1985

Vous trouverez ici des notes de lectures tirées de quelques articles parus en 1985 dans le numéro XVI de la revue « Poétique »:

“Poétique”, Du thème en littérature. Vers une thématique, XVI, 64, 1985, p.394-516.

V.Alleton, Cl.Bremond, T.Pavel, Vers une thématique (Introduction), p.395-396

 [Colloque « Pour une thématique » : 20-22 juin 1984]

Souhait pour le futur : constitution d’une théorie moderne des thèmes littéraires. La discipline des thèmes (=la thématique) attend encore une mise à jour en littérature et dans les domaines culturels connexes.

Définition du relief thématique :  terme qui désigne les procédés par lesquels, dans l’ensemble des propositions et des concepts d’une œuvre, certains sont érigés en thèmes, tandis que d’autres représentent des prises de position par rapport aux thèmes. Problème bien connu en linguistique et dans les études du discours (différence thème/rhème=topic and comment).

Divers aspects à insérer à l’intérieur du discours thématique=pistes de recherche encore à parcourir :

  1. désignation thématique =individualisation d’un thème
  2. focalisation thématique=l’accent mis sur tel ou tel autre thème
  3. résonance thématique=procédés mis en œuvre pour l’annonce des rhèmes ou des commentaires
  4. rapport thème/variation et celui thème/topos
  5. la dynamique historique des thèmes et des rhèmes, leur démarquage réciproque mériteraient également l’attention des chercheurs.

Hypothèses formulées concernant la structure interne de la thématique (à la recherche des éléments constitutifs de la thématique et leur syntaxe) : les thèmes sont-ils des concepts (amour, mort…), des agrégats de concepts (le fils prodigue…) ou bien des jugements (la vie est un songe…) ?quelles contraintes, quelles lois d’attraction régissent la combinaison des thèmes? comment distinguer les thèmes apparents des thèmes implicites ? qu’en est-il des métathèmes, qui thématisent la technique littéraire ?

Organisation textuelle et support thématique : quel est le statut du motif, synthèse provisoire entre schématisme narratif et investissement thématique ?

 Thématique et lecture : est-il possible de parler d’attention thématique ou même de lecteur thématique conditionné par la culture ambiante et s’orientant dans le exte au moyen de procédés de déchiffrement qu’il reste à inventorier ?

Thématique et histoire culturelle : peut-on définir les rapports entre périodes historiques et thèmes, ou, au contraire, selon leur caractère dyschronique ? y a-t-il place pour une sociologie des thèmes ? comment articuler le rapport entre thématique littéraire et réflexion morale/religieuse/scientifique ?

S. Rimmon-Kenan, Qu’est-ce qu’un thème ?, p.397-406

 Thème = ce à propos de quoi l’ouvrage littéraire est écrit.

Importance de la détermination de l’ « à propos de » (=aboutness).

Importance d’établir s’il y a des thèmes majeurs et des thèmes mineurs.

  1.  Mise en rapport avec la linguistique : une contribution limitée.

Référence à l’école de Prague (différence thème/rhème)+théorie de Beardsley (dualité thème/thèse) . « Je me suis plongée dans les textes linguistiques et j’en suis revenue déçue : la pertinence de ces études pour l’élaboration d’une théorie systématique du thème en littérature me semble très limitée. »

Malheur : l’étude des thèmes de la phrase est bien développée mais n’a pas grand rapport avec la littérature, tandis que celle des thèmes du discours se révèle plus pertinente  pour la littérature mais demeure embryonnaire.

En partant d’une étude de Reinhardt (1982) qui passe en revue les principales façons d’aborder ce problème, l’auteur commente leurs insuffisances pour un examen critique du thèmes en littérature :

  • Définitions en termes de structures linguistiques : toute tentative pour appliquer de telles définitions au thème en littérature est mise en échec par une différence radicale entre l’usage des termes en linguistique et dans les études littéraires. En linguistique un thème est conçu comme un segment d’énoncé inclus dans l’unité plus large de la phrase. En littérature un thème n’est ni un segment ni un énoncé ; il n’est pas inclus dans la phrase et l’unité la plus large à laquelle il se refère n’est pas une phrase. Un thème n’est pas un segment : il n’est pas possible d’isoler dans un ouvrage littéraire un segment qui puisse être appelé thème. Un thème n’est pas une entité dans mais une construction dont l’assemblage s’effectue à partir d’éléments discontinus du texte. L’unité + large  à laquelle se refère le thème en littérature n’est pas de l’ordre de la phrase mais de celui du texte considéré comme un tout et le texte représente plus que la somme de ses phrases.
  • Définitions en termes d’intention et d’intérêt du locuteur : certains auteurs ont parlé de focus (attention) du locuteur, notion qui appartient aussi bien au thème qu’au rhème. Il est difficile d’appliquer ces notions à la littérature d’abord parce qu’on manque de critères pour identifier le centre ou focus de l’attention du locuteur ; ensuite parce qu’un ouvrage littéraire diffère de l’expression parlée en ce qu’il code lui-même la situation d’énonciation.
  • Définitions en termes de statut de l’information : dans cette perspective le thème est défini comme « info ancienne » tandis que le commentaire ou rhème est « l’info nouvelle ». Puisqu’un ouvrage littéraire est au moins en quelque mesure son propre contexte il est difficile de décider à quel précedent discours il faudrait le rapporter pour distinguer le thème du rhème.
  • Définitions en termes de « à propos de » (aboutness) : différence approche linguistique/approche littéraire : « le garçon allait à l’école ».

Pour les linguistes : le garçon=thème ; allait à l’école=rhème/commentaire/aboutness

Les littéraires souhaiteraient par contre ouvrir, sous l’intitulé « aller à l’école » une seconde entrée qui constituerait une sous-partie du thème de l’éducation qu’ils s’attendent à rencontrer dans le texte en cause.

  • Notion de thème discursif (discourse topic) : notion qui présente un avantage pour l’étude littéraire : elle signale des thèmes qui se manifesteront à l’échelle d’unités plus larges que celles de la phrase. En tout cas le thème en littérature n’est pas un segment d’énoncé isolable à l’intérieur d’un continuum du texte, mais une construcition élaborée à partir d’éléments discontinus, c’est-à-dire non linéaires du texte. Un éventuel catalogue de thèmes littéraires devrait inclure aussi bien les thèmes que les rhèmes (commentaires).
  • 2 . Autres suggestions (passant de la linguistique à la critique littéraire). Suggestions proches de l’expérience informelle de la lecture et des propos spontanément tenus sur les thèmes.
    • Le thème considéré comme une étiquette (label): le thème est une construction conceptuelle élaborée en réunissant des éléments discontinus prélevés dans le texte. Cette activité c’est le travail du lecteur qui consiste en 3 opérations étroitement liées : assemblage, généralisation, étiquetage→ les éléments sont d’abord assemblés en un schéma élémentaire établi sur la base de quelque rapport de récurrence, similarité, contraste. Les étiquettes exprimant le dénominateur commun sont comme le catalogue « par matières » de Reinhardt, mais elles intègrent des éléments hétorogènes. Les catégories étiquetées sont alors reliées à d’autres catégories du même ordre d’après les mêmes principes de cohésion : l’opération aboutit soit à l’élaboration d’une étiquette plus générale soit à l’augmentation de la capacité d’intégration de l’étiquette  initiale. Les thèmes sont les étiquettes de niveau plus élevé trônant au sommet d’une structure hiérarchique en forme de arbre.

Exemples tirés de L’Education sentimentale :


 

  • Le thème considéré comme un signifié global: thème= principe unificateur, intégrateur. Thème= dénominatueur structural commun qui émerge sinon du tout, du moins de la plupart des aspects formels de l’œuvre littéraire.Dans cette perspective les mécanismes et les structures d’un roman peuvent être lus comme des thèmes  ou révéler des thèmes. Dans une optique déconstructrice tout examen de thème est suspect car logocentrique. Au lieu de considérer le thème comme l’homologue du dénominateur structural commun émergeant de tous les aspects de l’ouvrage littéraire, on peut imaginer que le thème correspond à l’aspect structural dominant de l’ouvrage en cause.

Viviane Aleton, Le thème vu de Babel, p 407-414

Point de départ : le terme français « thème » dont l’extension est plus large que celle de son cousin anglais « theme ».

Contribution divisée en 2 parties :

  1. partie proprement linguistique : l’auteur prend en considération 3 langues qui représentent en ce qui concerne le thème des cas différents : chinois et français (diamétralement opposées) et l’anglais en position intermédiaire.

Pour le Français le terme thème n’est pas d’un usage général, mais il occupe une place de plus en plus grande dans les travaux des linguistes qui se réclament de la théorie de l’énonciation et plus généralement de l’héritage de Benveniste. Dans les manuels de langue le thème c’est formellement ce qu’on pense au début d’un énoncé = repère énonciatif. Le Français est une langue à sujet dominant (explicite)

L’anglais est comme le français une langue à sujet explicite, mais il y a en anglais des contraintes liées à la thématisation qui tendent à exclure de la position initiale certains actants : on thématise plus volontiers un déterminé qu’un non déterminé, un humain qu’un non-humain…

Chinois : tableau beaucoup plus contrasté. Il existe un seul terme équivalent du mot « sujet » pour désigner le syntagme nominal qui est facultativement en tête de phrase.

L’usage des linguistes diffère de celui des analystes littéraires sur un point : il s’agit pour le linguiste d’une opération de surface, tandis que le littéraire extrait le thème, qui peut être implicite ou, s’il est explicite, peut être soupçonné d’être un leurre.

Il faut se demander s’il y a d’une culture à l’autre des différences de thématisation à tous les niveaux d’énoncés.

  1. Dans le cas du chinois l’auteur vérifie si ce que le linguiste peut dire de la thématisation dans cette langue conserve une pertinence au niveau de faits culturels tels que le système graphique ou la présentation encyclopédique des connaissances.

 Claude Bremond, Concept et thème, p.415-423

Repérage du thème de la « rêverie » dans l’œuvre de Rousseau= mettre en évidence et décrire le système des unités textuelles  qui concourent à donner à la rêverie la physionomie originale qui est la sienne chez Rousseau. Des notions comme celle de promenade, solitude, promenade solitaire  bien qu’en principe étrangères au concept de rêverie, vont se révéler inséparables du thème dans l’œuvre. Par là  nous percevons que le thème, que nous serions tentés d’approcher du concept,  est en fait une notion distincte : il y a chez Rousseau un concept du contrat social, mais un thème de la rêverie parce que l’orientation des discours dans lesquels Rousseau traite de ces notions est inverse.

Différence concept/thème : le concept vise à dégager l’essence d’une notion d’abord perçue comme noyée dans une gangue de contingences multiples, il part du divers concret et va vers l’unité abstraite ; le thème tend à exemplifier une notion supposée définie en l’immergeant dans le contexte de diverses situations, il prend une entité abstraite et en fait le point de départ d’une série de variations concrètes.

Entre le thème qui varie le concept et le concept qui unifie le thème s’institue dans nos têtes un mouvement de navette quasi instantané qui explique la difficulté où nous sommes de séparer clairement les deux notions.

Thématisation : pour définir cette opération on s’oriente spontanément vers l’opération intellectuelle d’extraction du thème, mais la thématisation n’est pas que cela : elle implique aussi l’opération inverse de variation sur le thème donné. Elle consiste dans une série indéfinie de variations sur un T  dont la conceptualisation reste toujours à compléter ou à reprendre et ne peut se cerner que par approximation précaire. « j’en ai moi-même fait l’expérience lorsque, me posant le problème d’un Index des motifs dans le conte populaire, j’ai buté sur les apories liées au repérage, à la catégorisation et à l’énonciation des T ou motifs[1], puis à leur hiérarchisation en archithèmes, thèmes et sous-thèmes. » (p.417)

Attitudes possibles quand on perçoit des analogies « thématiques » :

  1. perception du T : m’en tenir à l’impression de déjà-lu ;
  2. position du T : comparer les élments du premier récit avec ceux qui lui correspondent dans l’autre, sans pour autant que cette juxtaposition donne lieu à un effort d’abstraction ;
  3. conceptualisation du T : concevoir les deux textes comme des manifestations d’une même définition qui retienne les traits communs aux deux récits.

Là-dessus d’autres variations sur le T sont possibles à l’infini. On peut reconnaître le problème posé par Propp dans La Morphologie du conte. Dans le cadre de ces variations l’effort pour enfermer le T dans les limites d’un concept est ainsi voué à l’échec par l’imprévisible capacité de mutation qui affecte chacun des éléments pris un à un : bien que chaque mutation soit insuffisante pour faire obstacle à l’identification du T, la somme des mutations échappe à toute possibilité de définition. Le T s’impose dans son existence concrète comme une série de variations dont chacune est perçue comme proche parente d’au moins une autre et qui peuvent donc être ordonnées en chaînes ou en réseau.

Concept du champ thématique se base sur un principe de liaison qui assure l’unité de l’ensemble et qui consiste dans la faculté de concevoir l’une quelconque des manifestations du T comme la transformation d’une autre et de parcourir ainsi toute la série des variations du T.

Arbre hiérarchique des manifestations du T :

 

 

Quel est le critère qui oriente les choix du « thématisateur » ? C’est le critère de la bonne forme=celle qui procure la satisfaction la plus grande à mon attente de lecteur ou d’auditeur. « Le plus souvent je n’ai pas une conscience claire des critères que je fais intervenir dans mon élaboration. Ils sont tous mêlés dans mon expérience de consommateur de texte. A moins que le txt par un jeu d’indices sémiologiques n’oriente ma conceptualisation du T et que je n’accepte de me plier à ses suggestions.»

Rôle/pouvoir du lecteur/auditeur/spectateur : il peut contester les indications sémiologiques qu’il perçoit, récuser les T que l’auteur lui propose et y substituer tel autre qui lui convient mieux. Dans cette perspective toute lecture est autorisée. Par ex : une lecture marxiste de Molière serait une variation neuve sur un T dont le texte de Molière a fourni le concept.

Ce mouvement perpétuel de variations sur l’œuvre n’est possible que parce que le T est posé à la fois comme immanent et comme transcendent par rapport au texte.

Gerald Prince, Thématiser, p.425-433.

 

Définition de T. donnée par Norman Friedman (Form and Meaning in Fiction, 1975) : T=le problème, le sujet, la question de base que l’œuvre incarne ; toute récurrence dans l’œuvre (motif/leit-motiv) ; toute matière significative/personnage important.

Rapide passage en revue  des travaux consacrés à la question du T dans le domaine de la critique littéraire :

-le T est à l’intrigue ce que le sens est à la forme ;

– le T est ce dont l’intrigue constitue une projection temporelle ;

– T=développement d’un sujet ;

– T=idée importante

– T=un cadre, une macrostructure

T exprime une relation du type « être au sujet de » (a relation of being about). Cette relation (aboutness) n’est pas de nature sémantique.

D’un point de vue pragmatique on peut dire qu’un texte est au sujet (is about) de beaucoup d’entités qui ne sont pas toutes des T : par ex. Un cœur simple est au sujet de Félicité, mais on ne peut pas dire que Félicité consitue l’un des T du conte de Flaubert.

Expressions plus ou moins proches de T, mais qui ne sont pas synonymes : motif, topos, sujet.

Un motif n’est pas un T, mais la manifestation textuelle possible d’un T.

Topos= une configuration stable de motifs

Sujet correspond soit à l’élément le plus important du texte, soit à la classe dont cet élément est un membre ou un constituant.

D’autres différences : alors qu’une Intrigue repose sur des évènements et qu’un sujet peut correspondre à un ensemble d’entités spécifiques et concrètes, un T ne se compose que d’entités générales et abstraites : idées, pensées, notions…le T est remarquable sinon unique à cause de son rapport à la structure textuelle de surface : il n’est pas composé d’unités textuelles et de par sa nature il en diffère.

Thématiser : mettre en rapport un ensemble d’unités textuelles et un thème par l’entremise de prédicats tels que « représente T/est un exemple de T ». Par la transformation d’éléments textuels en éléments thématiques  le thématisateur (themer) fournit non seulement le prédicat mais aussi le T.

Le choix du T (choix fait par le thématisateur qui est une personne externe au texte→critique littéraire) peut suivre une de ces deux trajectoires :

  1. un ensemble d’éléments textuels est relié, par anologie, synecdoque, métonymie, à un  ensemble d’éléments extratextuels (y compris d’autres textes) qui sont censés représenter une vérité ou croyance  plus ou moins générale ou abstraite.
  2. un ensemble d’éléments textuels est explicitement donné comme exemple d’un certain T=une série de situations narratives pourrait être décrite, au niveau du commentaire métanarratif, comme un cas de vérité générale bien connue.

Critères dans le choix du T :

  1. un T n’a pas grande pertinence par rapport à un texte s’il s’avère que peu d’éléments textuels le représentent (critère quantitatif)
  2. un T ne s’emploie pour organiser le sens d’éléments textuels peu importants
  3. étant donné un ensemble d’éléments textuels qui pourraient représenter deux T différents dont l’un pourrait également représenter l’autre, le premier plutôt que le 2° serait retenu.

Thématiser (=travail du thématisateur) est un travail « arbitraire » dans lequel interviennent le contexte/le vécu du thématisateur. Le texte thématisé inclut toujours le contexte du thématisateur : je façonne toujours l’œuvre que je thématise.  Thématiser un texte dépend non seulemet du texte même, mais aussi et peut-être davantage du thématisateur, du cadre adopté, des unités choisies, des opérations accomplies pour les harmoniser, des résumés et paraphrases effectués. On peut parler de bonne ou mauvaise thématisation (ou thématis-action).

Conclusion de l’auteur : la thématique (science du langage) ne constitue pas un domaine propre aux études littéraires, mais fait plutôt partie de l’étude de la cognition et de l’interprétation.

 


[1] Réf à la différence entre motif et T établie par Prince. C’est une diff plutôt de degré que de nature : le motif est + concret, le T + abstrait.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search