Colloque ‘Punctum in Motion’ 29-30.10.2019

  • imgpunctum

Colloque international Punctum in motion. Photographie et écriture du moi

Naples, 29-30 octobre 2019
 – colloque bilingue italien-français
a curasous la direction de Anna Masecchia et Valeria Sperti
Università di Napoli Federico II

Programme

Comitato scientifico

Elisa Bricco (Università di Genova),
Lucia Cardone (Università di Sassari),
Giulia Carluccio (Università di Torino),
Andreina Di Brino (Università di Pisa),
Alessandra Ferraro (Università di Udine),
Giuseppe Gaeta (Accademia di Belle Arti di Napoli), Sandra Lischi (Università di Pisa), Luca Malavasi (Università di Genova),
Magali Nachtergael (Université de Paris 13), 
Anna Masecchia (Università di Napoli Federico II), Maria Rizzarelli (Università di Catania), Rosamaria Salvatore (Università di Padova), Valeria Sperti (Università di Napoli Federico II), Federica Villa (Università degli Studi di Pavia).

Description du projet

Nombreuses sont les expérimentations esthétiques qui remettent en cause la notion de “genre” entre la deuxième moitié du XXe et le début du XXIe siècle. C’est tout particulièrement le cas de l’autobiographie dont la crise se manifeste selon des trajectoires distinctes, allant de l’autofiction, un phénomène essentiellement littéraire, à différentes formes d’autoportraits filmiques et audiovisuels.

La littérature et le cinéma, sous l’impulsion de la révolution numérique, ont repensé l’image-photo fixe et analogique, la transformant en une réflexion sur le moi et sur sa construction, à la fois auctoriale et divisée, scindée. Depuis longtemps la littérature est séduite par l’image, pouvant témoigner du vécu dans une perspective mémorielle différente par rapport à l’écriture, mais comment la photographie se raconte-t-elle aujourd’hui ? Et encore, quelle est sa fonction : garantir un supplément d’identité ou bien s’offrir le moyen d’une fuite vers l’imaginaire ? Quant au cinéma, il ne cesse de s’interroger sur son propre dispositif à partir de l’image fixe et photographique, qui souvent déclenche une narration enquêtant sur ses relations avec un monde toujours plus hypermédiatisé.

Le colloque « Punctm in motion. Photographie et écritures de soi » aura donc pour objet l’analyse de différentes formes de la narration photographique et de l’utilisation de la photo, objet et dispositif, dans les écritures du moi littéraire et filmique et plus en général audiovisuelles, présentes dans l’art contemporain, sur le web et dans l’environnement social.

Le colloque – organisé en collaboration avec l’ARGEC (Atelier de Recherche génois sur les écritures contemporaines), l’Accademia di Belle Arti di Napoli, il Consolato di Francia a Napoli e FAScinA – Network delle Studiose di Cinema e Audiovisivi, rassemblant les chercheuses en Cinéma et Vidéo – se propose de regrouper des spécialistes tant des domaines littéraire et artistique que de ceux du cinéma et de l’audiovisuel pour se pencher sur l’analyse des relations entre la photographie et les écritures du moi dans une perspective intermédiale entre la fin du XXe et le début du XXIe. Pour ce qui est de la littérature, seront analysées les œuvres d’écrivains, entre autres de Paul Auster, Sophie Calle, Annie Ernaux, Raymond Depardon, Anny Duperey, Hervé Guibert, W.G Sebald et Orhan Pamuk et certaines collections comme “Traits et portraits”, publiée par les éditions Mercure de France, consacrée à l’entrelacs entre autobiographie et image dans le sillage de Barthes, pour mieux comprendre le lien entre notation de vie et image qui aide à retrouver le temps de l’histoire et la matérialité de la vie.

Pour le cinéma, on privilégiera les metteurs en scène qui ont élaboré des parcours auctoriaux et autobiographiques à partir d’images et de leur réutilisation, comme c’est le cas, entre autres, di Cecilia Mangini, Agnès Varda, Terence Davis et Alina Marazzi. Le colloque se propose de définir un corpus d’auteurs qui, utilisant l’écriture, le cinéma, l’art vidéo et le web ont contribué à redéfinir les relations entre photographie, écritures du moi et mise en mouvement des images photographiques à partir de ce qui « meurtrit » et « poigne » l’observateur.


Elisa Bricco

Professeur de Littérature Française. Responsable du carnet.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.