Colloque international “La condition postmoderne quarante ans après”

  • postmod
  • Locandina definitiva-page-001

Università degli Studi di Genova – DIRAAS, LCM

En partenariat avec le Centre de recherche PLEIADE (Université Paris 13), Label UFI

5-6 décembre 2019

Direction: Elisa Bricco, Luca Malavasi

Comitéo scientifique: Elisa Bricco, Luca Malavasi, Oscar Meo, Stefano Ballerio (Università degli Studi di Milano), Barbara Grespi (Università degli Studi di Bergamo), Ruggero Eugeni (Università Cattolica del Sacro Cuore), Roberto Mordacci (Università San Raffaele), Laurent Jullier (Université de Lorraine), Magali Nachtergael (Université Paris 13), Krešimir Purgar (Josip Juraj Strossmayer University), Antonio Somaini (Université Sorbonne Nouvelle–Paris 3).

Programme postmoderne

Site du colloque

 

Avec le soutien de : Université Italo/Francese, Università di Genova, Dipartimento di Lingue e Culture Moderne, Dipartimento di italianistica, romanistica, antichistica, arti e spettacolo.

Le Projet

Keynote Speakers

Ruggero Eugeni (Università Cattolica del Sacro Cuore), Roberto Mordacci (Università Vita-Salute San Raffaele), Krešimir Purgar (Josip Juraj Strossmayer University), Josh Toth (MacEwan University).

Après 40 ans de la publication de La Condition postmoderne de Jean-François Lyotard, le colloque entend relancer la réflexion sur un concept qui, depuis près de trois décennies, a guidé l’interprétation de la structure politico-économique de la société occidentale, de ses dynamiques sociales et de sa production artistique et culturelle. Cette notion apparaît aujourd’hui tendue en direction de deux pôles opposés : celui d’un refus radical (Kirby 2009, Ferraris 2012) et celui d’un processus de révision et d’historisation (Jencks 2010, Faye 2012, Franzini 2018).

Toutefois, un élément semble unir le vaste débat international et transdisciplinaire alimenté par l’avènement du nouveau millénaire (Brooks, Toth 2007; Toth 2010; Nealon 2012; Rudrum, Stavris, 2015, Mordacci 2017) : l’idée de la fin de postmoderne, tantôt acquise comme une sorte de fait inéluctable (quoique avec des nuances très différentes), tantôt souhaitée ou forcée. La sortie du postmoderne et, en particulier, de ses hypothèses philosophiques et épistémiques, est ainsi envisagées comme un passage nécessaire pour être en mesure de faire face aux défis posés par la société contemporaine. En plus, et inévitablement, ce débat s’est préoccupé soit d’évaluer l’héritage (éventuel) du postmodernisme, soit de définir, par différence, la physionomie de la société actuelle (Altermodernism, Digimodernisme, Neomodernité, Hypermodernité, Post-Postmodernité, Remodernisme, ecc.).

Le colloque, ouvert à tous les domaines disciplinaires, a donc l’intention de partir du débat le plus récent afin d’interroger la dynamique et la physionomie de cette fin (ou de ce désir de « faire finir »), ses motivations (crise ? épuisement ?) et ses conséquences, ainsi que ses implications paradoxales : vu que le postmoderne est resté, grâce aux discours sur sa fin, au centre du débat sur le contemporain.

En outre, le colloque a pour but de problématiser l’héritage éventuel de la pensée postmoderne et de sa production culturelle, ainsi que la pertinence de sa production théorique bien articulée. En effet, le postmoderne a représenté, de nombreux points de vue, la première tentative de réagir à une série de changements radicaux – la mondialisation, l’avènement d’une société visuelle, la dématérialisation, la technologisation de l’expérience, etc. – au point que cette notion définit encore aujourd’hui, dans une version intensifiée, notre société.

En même temps, le fait d’interroger la sortie de la société occidentale de la postmodernité ne peut que conduire à se demander : quelle « condition » vivrait-elle aujourd’hui ? Le colloque vise à être aussi un moment d’investigation des nombreuses propositions – philosophiques, éthiques, esthétiques – qui, ces dernières années, ont tenté de formuler de nouveaux concepts opérationnels pour l’interprétation et l’analyse de la condition post postmoderne.

Le colloque sera organisé en sessions plénières et en sessions parallèles. Les propositions pourront viser à réfléchir sur certaines articulations théoriques générales, ainsi qu’à vérifier les retombées par rapport à des domaines disciplinaires spécifiques et à des domaines ou phénomènes particuliers de la production artistique et culturelle. Parmi les sujets que le colloque entend approfondir par rapport aux questions mentionnées ci-dessus, nous signalons :

-L’interprétation historique et philosophique du postmoderne
-Postmodernisme après le postmodernisme
-Historicité et historicisation du style postmoderne
-Le postmodernisme comme international style
-La relation entre la théorie postmoderne et les études visuelles
-Théorie postmoderne et médias
-Le postmodernisme littéraire et artistique

Informations
Deadline pour la présentation des propositions: 26 août 2019.

Les résumés (1000-1500 caractères), accompagnés d’un bref CV doivent être envoyés à l’adresse : thepostmodernconference@gmail.com


Elisa Bricco

Professeur de Littérature Française. Responsable du carnet.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.