Critique thématique: conférence de Massimo Fusillo

La seduzione come strategia retorica: Baccantes, Liaisons dangereuses, Sleuth

Gênes, 17.05.2012 – École doctorale en Cultures classiques et modernes de l’Università di Genova

Professeur de littérature comparée à l’Université de l’Aquila et chercheur confirmé, bien connu aussi en contexte français, son ouvrage Naissance du roman  est paru au Seuil dans la collection « Poétique », Massimo Fusillo  a proposé aux doctorants et aux collègues présents un parcours diachronique très stimulant et intéressant.

Une première mise au point théorique et terminologique sur l’approche choisie pour son étude, a permis à Fusillo de s’insérer dans le sillon de la critique thématique (ou thématologie comme l’explique bien Pierluigi Pellini dans un article paru dans Allegoria, 58,  téléchargeable en ligne) qu’il a présentée comme l’une des orientations dominantes des études de littérature comparées aujourd’hui. Le thème, est un « spazio di tensione tra argomento e senso » (D. Giglioli, Tema, La Nuova Italia, Firenze 2001), donc non seulement du contenu, mais une tension dialectique qui nécessite le travail de réception pour acquérir sa signification la plus complète. Dans cette conception s’insère la réflexion sur la « Séduction en tant que stratégie rhétorique ».

Le thème de la Séduction est une notion qui est à même de modifier et de mettre en question les rôles sociaux, il a une potentialité de subversion qui le rend intéressant et aussi qui lui fait acquérir des significations différentes selon les époques. C’est un grand thème qui a en lui aussi une composante métalinguistique et métalittéraire selon les cas, les ouvrages et aussi les compétences des lecteurs: c’est « un acte de langage extrêmement complexe ».  La séduction est ainsi un ‘thème’ qui peut s’entrecroiser avec d’autres comme le désir et l’eros avec lesquels il partage des traits communs comme le fait d’être un processus et aussi une stratégie. Il est par contre différent du ‘motif’ (« l’articulation concrète du thème qui présuppose deux éléments ») qui n’implique ni la dynamique ni la stratégie, comme par exemple le coup de foudre.

Pour rendre compte de l’extrême richesse et variabilité du thème de la séduction Masimo Fusillo a choisi de cibler son attention sur trois ouvrages qu’il considère comme paradigmatiques de la rhéthorique séductive: les Bacchantes  d’Euripide, les Liaisons dangereuses  de Choderlos de Laclos et Sleuth (1972) de Joseph L. Mankiewicz. Deux textes et un film où la stratégie rhétorique est à la base de la construction du thème. Mais ce ne sont pas les seules références prises en compte dans la conférence où l’on a retrouvé aussi le Dom Juan de Molière et Don Giovanni de Mozart dans le livret de Da Ponte, et aussi les réalisations et lectures modernes qui ont été inspirées de ces ouvrages-hypotextes: Quartett de Heiner Müller (1980), L’Hiver de beauté de Christiane Baroche (1987), Une liaison dangereuse  de Hella Haasse (1995), Le mauvais genre de Laurent de Greeve (2000) du côté des textes; les adaptations cinématographiques de Stephen Frears, Les Liaisons dangereuses (sur le scénario adapté d’une adaptation théâtrale de Christopher Hampton, 1988) et Valmont de Milos Forman (1989).

L’attention de Fusillo se concentre sur le thème de la séduction et sur le fait qu’il est un processus dynamique projeté vers l’avenir, où le sujet sort en quelque manière de lui-même dans le but de mettre en acte sa conquête. Le moi se double du moi-séducteur pour atteindre son but; par le biais de la métamorphose, de la possession, du déguisement « le moi se vide et se fonde avec une unité panique primordiale ». Ainsi, dans les Bacchantes, le dieu Dyonisos séduit Penthée et l’induit à se déguiser en femme pour aller voir comment se comportent les Bacchantes. C’est un moment de grande séduction parce que Penthée accepte de perdre son identité dans le déguisement. Chez Dom Juan, la séduction devient une fin en soi, le héros veut explorer les limites et veut aller au-delà des classes, des genres, des rôles sociaux, poussé par un immense et insatiable désir de connaissance. Chez Da Ponte Don Giovanni devient un conquéreur forcéné qui est presque enfermé dans son désir de séduction qui ne s’assouvit jamais.  Les Liaisons dangereuses sont l’acmé de la mise en scène de la rhétorique de la séduction qui devient une entreprise héroïque. Dans les lettres des quatre personnages principaux se lient et se délient les stratégies: le jeu subtil entre contrôle de soi et celui de l’autre, l’équilibre difficile entre la séduction et le sentiment, l’idée de performance qui fonde l’identité même des personnages sont quelques uns des procédés mis en place pour construire des êtres de papier inscrits dans l’artifice de la projection vers la conquête. La fin tout à fait romanesque de l’ouvrage est sans doute redevable de la nécessité de sceller le jeu de la séduction qui n’a pas de gagnant parce qu’il existe seulement dans le moment où il se fait et non dans son accomplissement.

Le troisième volet de la conférence est cependant moins convaincant que la description du thème de la séduction comme stratégie rhétorique, car Fusillo y présente les avatars modernes des textes cités pour montrer comment cette thématique est encore riche et pourvoyeuse de sens pour les auteurs contemporains: les ouvrages des narrateurs et cinéastes sont mentionnés sans problématiser les choix. Il s’avère que les auteurs contemporains travaillent à partir des ouvrages et des thématiques anciennes qui deviennent des espèces de mythes modernes tant est importante leur capacité de nourrir l’imaginaire aujourd’hui.

 

 


Elisa Bricco

Professeur de Littérature Française. Responsable du carnet.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.