Langues parlées, langues chantées

Langues parlées, langues chantées

Journée d’études franco-italienne consacrée à la question des langues dans le genre de la chanson. Journée financée par la bourse Cassini senior de l’Institut français en Italie.


L’étude des liens entre musique et poésie a une longue histoire derrière elle ; ces dernières années, à la faveur du développement de la New Musicology et des études sur la musique populaire, la recherche a commencé à s’intéresser à la question de la forme de la chanson. Faisant fi du lieu commun d’un langage « musical » de la poésie, et s’attachant à utiliser les outils de la sociologie et de l’histoire, ces études sont actuellement très actives en France et en Italie. Signalons par exemple la création récente d’une revue franco-italienne consacrée à la musique populaire, http://www.voxpopular.it, gérée par la branche italienne de l’association IASPM (International Association for the Study of Popular Music).

Champ de recherche par définition intermédial et transnational, la recherche sur la chanson traite en permanence de la question de la langue, bien que peu d’études y soient spécialement consacrées. De fait, le choix d’une langue chantée n’est jamais anodin : combat entre le latin et la langue vernaculaire dans la musique ancienne, ou affirmation identitaire régionale pour la chanson populaire, la langue porte en elle aspirations et traces des luttes. Il faudrait s’interroger sur les choix faits par les auteurs d’un dialecte particulier : au-delà de toute revendication, c’est parfois davantage le choix de la langue la plus proche, la plus courante qui s’impose aux artistes. En ce sens, la chanson apparaît comme un genre musical à part, dans la continuité de la parole quotidienne.

En outre, la chanson ancienne et la chanson populaires ont comme autre similitude une circulation rapide à l’échelle européenne, qui met en jeu également la question de la traduction. La langue joue enfin un rôle essentiel dans les frontières mêmes que l’on a placées, à partir de l’ère baroque, entre musique savante et musique populaire ; la question de l’appartenance de telle ou telle forme de chanson à des champs plus ou moins légitimés de la culture pose évidemment de nombreuses questions et devra être au cœur des questionnements.

La journée d’étude s’inscrit dans le programme du festival La Voce e il tempo, consacré cette saison au thèmes des “langages”, en collaboration avec Vera Marenco et Paola Cialdella.


Marie Gaboriaud

Lectrice d'échange (Langue et littérature françaises) U. de Gênes/Institut français d'Italie. Docteure en littérature française. Enseigne à l'Université de Gênes. Responsable du carnet.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.