Rencontre avec Melania Mazzucco “Una vita a contatto con l’arte”

  • Melania_Mazzucco

La rencontre avec la romancière italienne Melania Mazzucco a eu lieu le 17 février à 11h à la Bibliothèque du Département de langues et cultures étrangères.

Elisa Bricco, professeur de Littérature française et Maurizia Migliorini, professeur d’Histoire de la critique d’art, ont rencontré la romancière.

Au vaste public composé d’étudiants, doctorants, enseignants et chercheurs Mazzucco a généreusement dévoilé le rapport si étroit qui depuis toujours lie son écriture à l’histoire de l’art et aux arts figuratifs en particulier. Sa passion pour la reconstitution des vies des artistes, en particulier des femmes, a été inaugurée par la publication de Lei così amata (Rizzoli, 2000), œuvre consacrée à la photographe suisse A.M. Schwarzenbach.

Mais c’est surtout la figure de Marietta Tintoretto, fille et collaboratrice active du grand peintre vénitien, qui a suscité son intérêt et qui l’a amenée à faire un énorme et long travail de reconstruction, voire de « résurrection », à travers les archives historiques et paroissiales de la ville de Venise. Cette reconstruction micro-historique lui a permis aussi de combler des lacunes relatives à la vie du père, Jacopo Tintoretto.

À la question « Quelle langue utiliser pour écrire un roman qui se déroule au XVIe siècle et qui parle d’un peintre? » Mazzucco a répondu qu’elle a choisi de ne pas utiliser l’italien de l’époque, en cherchant par contre à reproduire dans son écriture les contradictions de la peinture de Tintoretto qui s’exprime aussi bien par une extrême brutalité et une grande délicatesse religieuse.

L’auteure, dont la posture devant l’art n’est pas illustrative mais contemplative, a ensuite parlé de son dernier œuvrage, Il Museo del mondo (Einaudi, 2014), qui est le fruit de sa collaboration avec le journal La Repubblica. Chaque dimanche pendant une année (2013) elle a décrit son rapport avec un tableau célèbre, en illustrant les émotions qu’elle a éprouvées en l’observant. Dans cette œuvre c’est plutôt la voix de Mazzucco qui l’emporte sur les voix du tableau et du peintre. Mais aussi dans ce cas, même si plus rarement, on peut parler d’hybridation de son écriture, car elle a admis, par exemple, que lorsqu’elle décrit un tableau abstrait son écriture devient à son tour plus conceptuelle. (voir ici)

Mazzucco explique son projet de Museo del mondo


Elisa Bricco

Professeur de Littérature Française. Responsable du carnet.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.