Note de lecture de Jürgen E. Müller, L’intermédialité, une nouvelle approche interdisciplinaire: perspectives théoriques et pratiques à l’exemple de la vision de la télévision

Jürgen E. Müller, L’intermédialité, une nouvelle approche interdisciplinaire: perspectives théoriques et pratiques à l’exemple de la vision de la télévision, dans Cinéma et intermédialité, Sous la direction de Silvestra Mariniello, Cinémas, 10, n.2-3, printemps 2000, p. 105-134. Source :  www.erudit.org.
par Anna Fochesato

  1. Évaluation critique de l’histoire du concept d’intermédialité
  2. Cinq possibles axes de recherche
  3. Analyse intermédiatique de l’histoire de la télévision

Évaluation critique de l’histoire du concept de l’intermédialité

– Éclaircissement concernant la définition de l’approche intermédiatique : il ne s’agit pas de construire un système fermé constitué par la totalité des relations et des processus d’interaction possibles entre les médias, cette nouvelle approche étant plutôt considérée par l’auteur en tant que « axe de pertinence », selon la définition de Roger Odin.

– La référence à Odin est pertinente aussi parce que la notion d’intermédialité prend en charge les processus de création du sens qui trouvent leurs origines dans l’interaction entre les médias. En outre, ce concept est complémentaire à celui d’intertextualité, considéré par Julia Kristeva comme « le passage d’un système de signes à un autre » et se limitant aux rapports entre les textes écrits.

–  Du point de vue historique, on trouve des traces de la notion d’intermédialité dans :
a) La poétique d’Aristote, selon lequel la poésie et la musique formaient une unité intermédiatique.
b) La signification de intermezzo dans l’art italien (Quattrocento : interlude théâtral ou musical ; Renaissance : genre scénique indépendant de la pièce principale).
c) Les mots de Giordano Bruno qui en 1591 écrivait qu’il existe des liens inséparables entre la musique, la peinture, la poésie et la philosophie, comme le démontre la capacité du poète de donner naissance à des images sur la base de vues et de sons.
d) La création du concept de intermedium par Coleridge en 1812 pour indiquer les qualités et les fonctions narratives de l’allégorie, définie justement comme intermedium entre personne et personnification.
e) L’esthétique romantique du XIXe siècle, qui cherche à déterminer des expériences nouvelles et intenses chez le récepteur grâce au mélange et à la superposition de différentes structures médiatiques : la poésie ne se véhicule donc pas qu’à travers la langue orale ou écrite, mais se manifeste aussi dans la musique et les arts plastiques.
f) La poétique de Wagner, qui dans la conception de l’œuvre d’art totale voit la seule forme de mise en extase du spectateur et d’infiltration émotionnelle profonde. Le sentiment stimulé chez le spectateur n’est pas comparable et se fonde sur la mobilisation des niveaux les plus profonds de la conscience individuelle.

On voit donc comme dans le fait de regarder les œuvres d’arts comme des phénomènes isolés n’est qu’une convention à l’intérieur de l’histoire de la culture occidentale.

Cinq possibles axes de recherche
– Pragmatique et intermédialité : la production de sens de la part du spectateur dépend de l’état médiatique du texte en question (référence à Odin et à sa définition du contexte). Exemple : Une partie de campagne de Jean Renoir.
– Cognition et intermédialité : processus cognitifs, perception et conscience sont à l’œuvre dans le but de la production de sens d’une œuvre intermédiatique (top-down processors, bottom-up et intégrative processors).
– Sémiotique et intermédialité : si les produits et les textes médiatiques ne sont que des systèmes de signes, alors la recherche sémiologique joue un rôle important dans la reconstruction des systèmes de règles qui mettent en relation les signes.
– Esthétique et intermédialité : les relations intermédiatiques permettent de nouvelles expériences au spectateur, que l’esthétique des médias doit tenir en considération.
– Histoire des médias et intermédialité : il faut abandonner les tendances isolationnistes en faveur d’une histoire de l’interaction entre les médias.

La préhistoire intermédiatique de la télévision

Remarque ! Information préliminaire : l’histoire des médias ne doit pas se borner à des médias existants, elle doit prendre en considération aussi des représentations imaginaires des médias.

On prend en considération à ce propos deux textes dans lesquels on trouve des visions de la télévision ante litteram :
Giphantie, roman français du XVIIIe siècle de Tiphaigne de la Roche (1760)
–  Le 20e siècle (1883) d’Albert Robida
Dans Giphantie l’auteur nous présente une grotte (Platon) qui offre des expériences nouvelles propres au cinéma et à la télévision (page 118).
Dans le roman de Robida on parle d’un téléphonographe, amalgame de médias connus à l’époque c’est-à-dire le téléphone et le phonographe. Ce nouvel instrument permet la transmission et l’enregistrement de la langue parlée en même temps (p. 120 et p. 123), en plus l’auteur image une manière de télé interactive (je peux commenter). Ce qui est intéressant pour notre réflexion c’est que l’amalgame ne donne pas naissance à une simple addition mais plutôt à un nouveau média.


Elisa Bricco

Professeur de Littérature Française. Responsable du carnet.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.